Lundi 27 février à 20h15, rencontre autour du livre « Le soleil se lève-t-il à l’ouest ? »

***Les Violons de la Baleine Blanche***

Lundi 27 février à 20h15, L’association Aux Violons de la Baleine Blanche recevra à la librairie Mihaela Sima et Stéphane Etienne pour la présentation de l’ouvrage : Le soleil se lève-t-il à l’ouest ?
L’association Habitat Cité avait déjà transmis la parole de Roms sur les problèmes d’insertion professionnelle avec la réalisation d’un film documentaire en 2011, « Roms, l’Europe en marge ».

Dans la continuité de ces témoignages, Le Soleil se lève-t-il à l’Ouest ? est un livre de 150 pages rassemblant les portraits photographiques et les témoignages de migrants de Roumanie et de Moldavie. Leurs récits retracent les allers retours incessants entre France et Roumanie, les obstacles répétés pour se loger dignement et trouver un travail, les discriminations mais ils témoignent aussi de leurs efforts d’insertion en France, des rencontres qui ont jalonné leur parcours, de leurs projets, de leurs rêves et de leurs réussites. Un hymne au courage et à la joie de vivre ! En axant leurs histoires sur l’insertion professionnelle, le livre déconstruit nombre de préjugés sur les migrants en général et les Roms en particulier. La soirée sera rythmée par la présentation du livre, des témoignages, quelques lectures de textes.
Quelques photos seront exposées et nous donnerons à notre buffet un petit goût de Roumanie.
Habitat-Cité, c’est qui ? Habitat-Cité est une association de solidarité créée en 2003 qui œuvre dans les domaines de la lutte contre le mal-logement et l’exclusion des personnes vivant en situation de précarité à la rue, dans des bidonvilles, des squats ou en hébergement d’urgence, en France et à l’étranger. Habitat-Cité accompagne également des familles roms dans leurs projets de vie entre la France et la Roumanie.
Participation aux frais : adhérents Violons de la Baleine Blanche 1€50 non adhérents 2€50 – Conviviale sangria en fin de soirée

Se souvenir des bons moments.

Cabu, Riss, Charb, Honoré, Luz - 2014.

Cabu, Riss, Charb, Honoré, Luz – juin 2014.

Se souvenir des bons moments.
Samedi 28 juin 2014. Ils nous avaient dit « on est bien chez vous, on reviendra, tous, la prochaine fois, on ramènera Wolinski, on lui dira qu’il y a des jolies filles (rires), et on aime les librairies, les librairies indépendantes, c’est beau une librairie si ancienne et c’est important de se battre, de résister, de rester libre… » Et on a ri, encore, on a bu des coups, on a refait le monde, longtemps, il y a du boulot et on s’est embrassé et on s’est dit « qu’on remettrait ça »…

Bonne et heureuse Nouvelle Année !

Vœux du Nouvel An de Jacques Brel, 1er janvier 1968 (Europe 1)
« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Nos meilleurs vœux pour cette Nouvelle Année !

Coups de coeur !

A l’approche des Noël, les lutins se disent qu’une rétrospective en image de nos coups de cœur pourrait être bien utile… Alors en voici une ! A tout bientôt dans le ventre de la Baleine !

« Les emprunteurs ad eternam ont encore frappé »

AVIS DE RECHERCHE

« Les emprunteurs ad eternam ont encore frappé »

9782021117707expo-58-jonathan-coe-L-U18x_1  1540-1

Depuis quelques mois, nous avons constaté une recrudescence des vols au sein de la librairie. Les « emprunteurs » se régalent la plupart du temps de nouveautés en grand format. Ainsi, les ruptures de stock que vous avez pu récemment constater concernant le titre En finir avec Eddy Bellegueule, ne sont pas dûes ni à une incompétence des fournisseurs ni à celle des libraires mais bel et bien à plusieurs vols répétitifs. Malgré notre vigileance, ces vols augmentent, et mettent l’avenir de la librairie Jonas en péril.

Depuis 1957, nous nous efforçons de subvenir à vos besoins, que ce soient des prescriptions scolaires, des bibliographies, ou tout simplement des lectures de plaisir. Au quotidien, nous tentons d’avoir le plus large choix possible d’ouvrages, récemment parus ou plus datés, de vous conseiller, de partager avec vous et d’animer ce quartier longtemps délaissé par les administrations culturelles.

La vocation de la librairie n’est pas seulement commerciale, sinon nous ne nous battrions pas pour tenir dans des temps économiques si difficiles. Sa vocation est aussi et surtout de faire partie intégrante du quartier, de vivre à son rythme, que ce soit en suivant les actions culturelles telles que Paris Polar ou les traditions telles que Le nouvel an chinois. Seulement, être la cible de vols répétés ne nous aide en rien. D’une part, parce que la crise économique et la crise actuelle des métiers du livre nous rend le travail de plus en plus dur, et ce chaque jour qui passe : ces vols créent des failles et des manques importants à l’économie de la librairie, que nous ne pouvons combler. D’autre part, parce que malgré nos efforts, malgré notre vigilance et malgré la relation de confiance que nous avons envers nos clients, certains profitent de ce climat pour « emprunter ad eternam » en toute impunité, et ce constat nous blesse avant de finir par nous tuer définitivement.

Nous prendrons donc les mesures nécessaires pour endiguer cette nouvelle habitude de consommation, et si nous devons revenir sur le principe de confiance et mettre en place une vidéosurveillance, nous le ferons.
Ces mesures, par ailleurs couteuses, sont pour nous le dernier recours que nous avons avant la fermeture de la librairie.

Nous espérons que cet avis de recherche vous alertera et nous permettra de nous mobiliser tous ensemble contre cette pratique injuste et lâche, et que les personnes concernées prendront conscience du danger qu’elles font courir à notre commerce ainsi qu’à ce quartier que nous aimons tant.

L’équipe de la librairie,

François, Audrey, Camille & Sabine.